mardi 31 décembre 2013

Manifestation diabolique à Loing le 29 novembre 1906


Ce récit, découvert grâce à M. et Mme Péchereau (à qui je dédie cet article), propriétaires à Loing, présente la description par le curé Grelet d'un événement censé avoir été surnaturel, survenu au début du XXe siècle dans la ferme dudit lieu. Hystérie collective, intoxication au monoxyde de carbone, ou tout simplement apparition diabolique ? Le débat est ouvert et les avis trancheront. Et si le fantôme de Jean-Nicolas Buchey était venu hanter les métayers, près de 168 ans après sa mort ?

Le jeudi soir, 29 novembre, le fait suivant se produisit à la métairie de Loing, située près du bourg de Savigné.
Un vigoureux jeune homme de 20 ans, forte tête, René Racoffier, originaire de Civray et domestique à Loing, s'amusait, pour occuper la veillée, en compagnie d'un autre jeune homme de Savigné, Pierre Métayer, âgé de 26 ans, des deux filles de la métairie, Marguerite Gautron (18 ans) et Louise Gautron (14 ans), et de la veuve Gautron, leur grand-mère, âgée de 77 ans, à faire tourner une clef, d'après les indications d'un livre de magie.
Il y avait près de deux heures qu'ils se livraient à ce jeu défendu, malgré les conseils de la veuve Gautron qui leur disait de cesser : « allons, finisser donc, disait la veuve Gautron, et, ajoutait-elle, sans vouloir de mal cependant, je voudrais que le diable descende par la cheminée et vous prenne par les oreilles — uh ! bah ! répondit Racoffier en riant, le diable, je n'ai pas peur de lui ! », quand tout à coup, sur les 10 heures, René Racoffier, qui riait des recommandations et de la crainte de la veuve Gautron, aperçut devant lui une ombre qui lui troubla la vue. Au même moment, il se sentit saisi par la tête et fut, à plusieurs reprises, soulevé de terre, à la vue de tous les assistants, comme par quelqu'un qui aurait cherché à l'emporter.
Le chapeau de Pierre Métayer, qui était assis à côté de René Racoffier, fut projeté en même temps au milieu de la chambresans que personne n'y eut touchéLa veuve Gautron, qui était assise au coin du feu, sentit comme un fort courant d'air descendre de la cheminée et passer devant sa figure. Elle vit aussi comme une fumée autour de René Racoffier.
Le cri d'effroi que poussa ce dernier, quand il se sentit ainsi saisi et enlevé, fut tel que tous les autres furent grandement épouvantés et, à l'appel qu'il lança avec des accents désespérés : « allez chercher Mr le curé ! Aller vite chercher Mr le Curé ! », on vint me mander en tout hâte à 10 heures 1/2. Quelques minutes après, j'arrivai à la maison où ce fait étrange venait de se produire. Le pauvre jeune homme était bien un peu revenu à lui, mais la frayeur qu'il avait éprouvée avait produit une telle consommation au cerveau que sa vue se troublait encore par moments. Alors il déclarait voir une fumée épaisse, et il se prenait à crier d'une manière effrayante, en tremblant de tous ses membres, comme un enfant affolé par la peur.
Après avoir donné les conseils que je devais donner en pareille circonstance, je reçus, avant de partir, la confession du jeune homme en question. Le lendemain matin, il vint assister à la sainte messe et il y communia, sans que rien d'anormal ne parut en lui.
La nouvelle de ce fait se répandit très vite et l'émotion fut grande dans toute la paroisse.
Dès le lendemain, René Racoffier quitta la métairie et retourna chez ses parents à Civray, rue du Moulin Neuf. Il a pleinement l'usage de sa raison, mais il est toujours, la nuit surtout, sous le coup de la peur qu'il a éprouvée. Il a même déclaré à monsieur l'Archiprêtre de Civray qu'une fois depuis, il a entendu devant sa figure comme un bruit sec et vu ensuite des étincelles.
La "Semaine Religieuse du diocèse" a rapporté ce fait dans son numéro du 9 décembre 1906 et je le transcris ici avec plus de détails, le 5 janvier 1907, en le certifiant conforme.
J. Grelet, curé de Savigné

René Racoffier, le principal protagoniste de cette histoire, était le fils de Pierre, sabotier, et de Marie Grimaud. Il naquit sous les prénoms de Pierre René Victor, le 26 avril 1886, au domicile parental, rue du Moulin Neuf, à Civray.

Son compère, Pierre Métayer, fils de Pierre et de Françoise Marie Coquillaud, naquit le 8 janvier 1881 à Lizac, village de Savigné.


La veuve Goutron, née Marie Petit, naquit le 31 mai 1830 à Châtain. Fille de Louis et de Françoise Robin, elle épousa, le 25 février 1851, dans sa commune natale, François Goutron, né le 4 janvier 1813 à Benest (Charente), fils de François et de Marie Dumousseau. Colon au village de Chez Meunier, il mourut à Asnois, le 17 janvier 1880. Marie Petit, et ses fils, Jean et François, et leurs familles, vinrent s'installer à Savigné, quelques années plus tard. François, né le 18 juin 1861 à Benest, avait épousé, le 4 février 1884 à Asnois, Anne Vallade, fille de mes ancêtres François et Marie Dardillac. De leur union, ils eurent, au moins, Eugène, né en 1885 à Asnois, puis Marguerite, née en 1887 à Savigné, et la petite Annette, dite Louise, née en 1893 à Pleuville (Charente). Au début du XXe siècle, la famille prit la charge de la métairie de Loing. Le destin voulut donc que les deux fillettes, mentionnées dans l'histoire, me soient intimement liées : elles étaient les cousines germaines de mon arrière-grand-père Myrthil :


François
Vallade
1837-?










Anne
Vallade
1865-1947

Constant
Vallade
1878-1955












Marguerite
Goutron
1887-1965
Annette
Goutron
1893-?
Myrthil
Vallade
1907-1995










Michel
Vallade
1932-2011










ma maman










et moi !

Dans son récit, le curé racontait que cet événement marqua les esprits dans le petit bourg. L'écho de Civray, hebdomadaire local, s'en émut, et publia peu après l'article suivant, retrouvé aux Archives départementales de la Vienne :

L'Écho de Civray, n°49, jeudi 6 décembre 1906

Et le curé Grelet rajouta cette brève note, à la fin de son récit :

Le 23 janvier 1907, j'ai enterré la veuve Gautron, décédée presque subitement.
J. Grelet, curé de Savigné

La mort de Marie Petit, en effet, fut inscrite dans les registres de l'état-civil de Savigné :

Archives en ligne, Savigné,
D - 1903-1909, v.62/98

samedi 21 décembre 2013

L'église

Église de Savigné - vue actuelle


Église de Savigné - Extrait de l'Indicateur
archéologique de l'arrondissement de Civrai
Savigné était autrefois le chef lieu d'un archiprêtré qui fut réuni plus tard à celui de Gençay : Archipresbyteri de Savigniaco et de Gientiaco. Autrefois les archiprêtres de Savigné et de Gençay qui dans l'origine étaient probablement séparés, furent réunis en la personne du curé de Savigné. Dans la suite les évêques de Poitiers ont supprimé l'archiprêtré de Savigné, pour ne laisser que ce titre à celui de Gençay toujours subsistant et attaché au curé de Savigné, de façon que l'on dit aujourd'hui le curé de Savigné, archiprêtre de Gençay. Par cet arrangement le curé de Gençay n'a aucun titre d'archiprêtre.

Savigné est un bourg très inférieur à celui de Gençay. C'est sans doute la raison pour laquelle on a supprimé l'archiprêtré de Savigné. Ce Savigné est à cinq quarts de lieue de Charroux et à une demi-lieue de Civray. De même le curé de Pressac dans le diocèse de Poitiers, à une lieue d'Availles, porte le nom d'archiprêtre de Pressac, quoi qu'il ne soit effectivement qu'archiprêtre d'Ambernac.







Église de Savigné
vue actuelle
L'église fut fondée sous le vocable de Saint-Hilaire, patron du Poitou. La description qu'en fait Brouillet, en 1865, est la suivante :


"Elle est sous le vocable de Saint-Hilaire ; elle a 35 mètres 40 centimètres de long sur 8 mètres 75 centimètres de large ; la nef est divisée en six travées formées par des arcades plein-cintre reposant sur des pilastres plats avec corniche. A la naissance de la voûte règne une corniche en biseau soutenue par des modillons ou consoles sans ornements. Elle se termine par une abside carrée du XVème siècle orientée au sud-ouest. Une partie des fenêtres est en plein-cintre, l'autre est en ogive ; celles romanes ont en hauteur quatre fois leur largeur ; elles sont très étroites au dehors et évasées en dedans ; celles ogivales sont divisées par des meneaux à lobes contournés. Les voûtes de la nef sont en bois, celles du choeur et de l'abside sont en pierre et du XVème siècle. Au point de jonction de leurs arêtes est une rosace avec écusson."

"Il existe dans l'église plusieurs dalles avec des inscriptions tumulaires, mais les pieds qui les foulent depuis des siècles en ont rongé les lettres au point qu'elles sont illisibles."


"La porte primitive de l'église est romane est placée sur le côté latéral nord-ouest ; elle a deux archivoltes unies supportées par des colonnes avec chapiteaux sculptés représentant des feuillages."

"La porte actuelle est placée sur le même côté ; elle est ogivale, ornée de moulures et de clochetons."

"Au-dessus de l'ogive sont deux petites niches trilobées avec des statuettes de saintes en pierre.On descend quatre marches pour entrer dans l'église. Les murs du choeur, au-dessus duquel s'élève le clocher, sont soutenus par des contreforts plats, tandis que ceux de l'abside sont carrés, très saillants, et à trois retraits ; le clocher est carré, orné d'arcatures romanes dont lés pieds-droits reposent sur une corniche perlée, soutenue elle-même par des modillons dont plusieurs sont ornés de figures ; il est couvert par une toiture conique en tuiles plates."


D'après Brouillet, l'église est de deux époques bien distinctes :

  • "La nef, la porte primitive, quelques fenêtres, une portion du choeur et le clocher sont du XIIème siècle" (voir figures ci-dessous) ;
  • "La porte actuelle et la partie de la nef où elle est ouverte, plusieurs fenêtres, la voûte du choeur et l'abside sont du XVème siècle" ;

Détails de l'église de Savigné
Extrait de l'Indicateur archéologique de l'arrondissement de Civrai

Brouillet ajoute que "le cimetière de la commune, d'une grande antiquité, s'étendait fort loin au-delà du bourg ; on y remarque considérablement de sarcophages en pierre".

Sarcophages mérovingiens exposés par la municipalité

Mais ceci est une autre histoire.




Sources :
  • Indicateur archéologique de l'arrondissement de Civrai, Pierre-Amédée Brouillet, 1865

mercredi 11 décembre 2013

La fabrique de Savigné

Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Savigné

Le 9 décembre 1905, fut voté la loi concernant la séparation des Églises et de l'État. En vertu de l'article 3, dès la promulgation de la dite loi, un inventaire descriptif et estimatif  des biens mobiliers et immobiliers des établissements religieux, ainsi que les biens de l'État, des départements et des Communes, dont les dits établissement avaient la jouissance.
La fabrique, l'ai-je appris alors que je découvrais le document qui suit, désignait l'activité d'entretien et de réparation d'une église paroissiale. Le terme de "fabriqueur" se retrouve dans de nombreux actes notariés du XVIIe et XVIIIe siècles.




L'inventaire de la fabrique était prévue pour le 21 février 1906, comme l'annonça l'Écho de Civray, dans son édition du 15 précédent :


L'Écho de Civray, n°7, édition du 15 février 1906

Mais l'inventaire ne se passa pas comme prévu. En voici le récit, publié dans l'édition suivante de l'Écho de Civray, en date du 22 février 1906 :
L'inventaire des biens de l'église Saint-Hilaire de Savigné devait avoir lieu hier, 21 courant, dans l'après-midi, aussi un grand nombre de fidèles s'étaient, à cette occasion, rendus à l'église pour protester contre cette opération qui flétrit leur conscience.
A deux heures, M. Tabuteau, sous-inspecteur de l'enregistrement de Poitiers, arrive sous le porche, il est reçu par M. le curé entouré des membres de la fabrique. Après avoir décliné ses qualités, M. le curé veut lui lire une éngerique protestation, mais le représentant du Gouvernement dit qu'il ne peut écouter et annexer la protestation au procès-verbal qu'à l'intérieur de l'église. Afin d'accéder à son désir, les clefs de la porte de l'édifice lui sont remises, à ce sujet il fait observer aux membres de la fabrique qu'il veut mieux le précéder, mais ceux-ci préfèrent le suivre tout en refusant énergiquement d'être ses témoins. M. le sous-inspecteur, devant ce refus, fait alors marcher la serrure, mais peine inutile, les portes sont réfractaires à ce mouvement et ne fonctionnent pas.
Durant cette petite opération, les cloches ne cessent de sonner à toute volée, pendant que les nombreux fidèles rassemblés depuis un instant à l'intérieur chantent, au son de l'harmonium, plusieurs cantique.
Devant cet obstacle, sans doute imprévu, M. Tabuteau salue très poliment MM. les fabriciens et se retire prendre place dans sa voiture.



Finalement, l'inventaire eut lieu le 2 mars suivant, d'après le rapport établi par Bost-Lamondie.

L'an mil neuf cent six, le 2 mars, à 7 heures du matin, en présence de MM. l'abbé Grellet, curé de la paroisse, Montagne, trésorier de la fabrique, demeurant tous deux à Savigné, nous, soussigné, Bost Lamoudie, receveur des domaines à Civray, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le directeur des domaines, à Poitiers, avons procédé, ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Savigné.


Chapitre I. Biens de la fabrique
dans l'église
n° d'ordreDescriptions des biensEstimation
1un grand tableau représentant le Pèlerin (copie) (revendiqué par Madame Desbordes, 93 rue du Bac, à Paris)20|""
2une statue de Saint-Antoine de Padoue en plâtre peint (revendiquée par la même personne)10|""
3un christ3|""
4un bénitier en pierre non scellé2|""
5un chemin de croix, images, papier, cadre bois5|""
680 chaises prie-Dieu80|""
720 chaises volantes10|""
83 lustres cristal taillé30|""
92 grandes statues de la Vierge et de Saint-Joseph (revendiqués par la famille Serph)50|""
10un harmonium150|""
11un confessionnal à 3 compartiments50|""
126 lampes à pétroles3|""
1312 petits chandeliers en métal, six sur chacun des autels latéraux12|""
144 bancs en bois blanc2|""
152 petites statues en plâtre peint10|""
16une lampe de tabernacle5|""
17une croix de procession en métal5|""
188 chandeliers sur le grand autel et croix assortie20|""
19une petite table1|""
202 burettes et plateau en verre1|50

M. l'abbé Grellet déclare que dans le tabernacle, est un cibaire à pied en cuivre et coupe d'argent15|""
dans la sacristie
213 vieilles armoire en bois blanc15|""
222 calices à pied de cuivre et coupe d'argent30|""
23un ostensoir à pied de cuivre et rayons argentés20|""
24un encensoir et sa navette5|""
25un bénitier en métal et son goupillon2|""
262 ornements rouge et blanc30|""
272 ornements violets30|""
282 ornements noirs30|""
292 candélabres en métal5|""
30
2 petits christs et 4 vases à fleurs
8|""
31une écharpe de bénédiction5|""
32aubes et linges d'autel2|""
33un titre de 30 francs de rente à 3 % sur l'État français, n°0481184, section 81000|""
34un titre de 30 francs de rente à 3 % sur l'État français, n°0552459, section 81000|""

MM. Grellet et Montagne expliquent qu'il figure au budget de la fabrique une somme annuelle en dehors des 2 titres de rente ci-dessus, montant à 87 francs, mais qu'il s'agit d'un don temporaire dont l'auteur entend garder l'anonymat.


TOTAL
2676|50
Chapitre II. Biens de l'État, des Départements et des Communes, dont la fabrique n'a que la jouissance
n° d'ordre
Descriptions des biens
Estimation
1une église antérieure à 1789 avec 3 autels fixés, une chaire à précher, stalles de choeur, le tout scellé, clocher avec deux cloches — le sol sur lequel l'église est construite figure au plan cadastral sous le n° 572, section G, pour une contenance de 3 ares, et peut être estimé300|""
2un presbytère composé de plusieurs pièces au rez-de-chaussée et au 1er étage, cour, bâtiments et jardin figurant au plan cadastral sous le n°571, section G, pour une contenance de 80 a 40 ca, le tout d'une valeur de12000|""

En conséquence, nous avons clos le présent inventaire, contenant quâtre rôles, sans renvoi et mot rayé, le deux mars 1906, à 7 heures 1/2 du matin et nous l'avons signé seul, les comparants ayant refusé de la revêtir de leur signature et d'en entendre la lecture, mais m'ayant requis d'annexer la protestation ci-jointe.


Signé : Bost Lamondie.